Quelles sont les étapes de la pollinisation ?

La pollinisation

La pollinisation est un phénomène de reproduction entre les plantes femelles et les plantes mâles. Elle peut se faire par le vent, les oiseaux ou les chauves-souris. Mais pour la plupart des cas, ce sont les insectes qui y jouent un grand rôle. Cette pollinisation est indispensable pour fabriquer du miel de Manuka par exemple. Pour en savoir encore plus, découvrez dans cet article les différentes étapes de la pollinisation.

Première étape de la pollinisation : l’attirance de l’insecte vers la plante

L’insecte est attiré par la couleur des fleurs, les divers motifs qui sont sur les pétales, la forme et la taille des pétales ainsi que l’odeur dégagée par les fleurs. Il faut tout de même noter que chaque insecte a sa propre préférence en matière de couleurs de fleurs. Les papillons qui vivent le jour, par exemple, aiment les fleurs bleues, violettes ou roses, ceux qui volent pendant la nuit adorent les fleurs blanches et les diptères ou les fleurs jaunes. Les insectes prêtent également attention à la forme des fleurs. Tous les insectes ne peuvent pas s’alimenter sur toutes les sortes de fleurs. Pour le cas des papillons avec une longue trompe, ils absorbent le nectar au fond de long tube sur certaines fleurs, mais les insectes détenant des pièces buccales plus courtes n’ont pas les mêmes facultés.

Les insectes peuvent aussi détecter plusieurs types d’odeurs. Cela peut être des odeurs fleuries et agréables que l’Homme apprécie également. C’est une odeur qui attire les hyménoptères et les lépidoptères. Les odeurs non perceptibles par l’Homme pareil que les phéromones sexuelles sont captivant pour les insectes. Les orchidées produisent ce genre d’odeurs attirant les femelles des abeilles et par la suite les mâles pour en aboutir à la pollinisation.

Il y a des odeurs qui nous semblent désagréables telles que les odeurs de viande en décomposition. Mais les diptères aiment ce genre d’odeurs. Quand le pollen ou le nectar sont odorants, ils émettent un signal qui active les pollinisateurs. Ainsi, ils éviteront de faire des visites inutiles sur des fleurs qui ont déjà été visitées par un autre insecte.

Les motifs et la symétrie des fleurs sont aussi une sorte de guide pour les insectes. Il existe des fleurs qui ne sont pas unies, et qui affichent des points, des lignes ou des taches aidant l’insecte à trouver le nectar. La symétrie des fleurs représente aussi une attraction pour les insectes. Ce sont les fleurs à symétrie radiale qui attirent parfois plus d’insectes, car ils pourront ainsi se poser dans différentes positions.

Pour la deuxième étape, l’insecte se pose sur la plante

Dès que l’insecte est attiré par une fleur, il s’y installe et s’y nourrit. Il y aura alors du pollen qui va se mettre sur celui-ci et il va ensuite le déplacer vers la prochaine fleur qu’il visitera. Dans le cas où ces deux fleurs sont de la même espèce, la pollinisation se produit et on pourra ainsi espérer que les fruits et les légumes se développent dans notre culture.

La dernière étape : l’insecte est récompensé

La pollinisation garantit la reproduction sexuée des plantes. Cela est ainsi avantageux pour les insectes. La pollinisation est une relation mutualiste, ce qui veut dire que les deux partenaires pourront y tirer un avantage. Le nectar et le pollen représentent une récompense, c’est ce qui explique le fait que les insectes tirent également profit de la pollinisation comme le cas des abeilles. Ces dernières assurent la production de miel qui est un antibactérien assez puissant. Cependant, ces insectes sont menacés, vous pouvez tout connaitre sur ce sujet dans l’émission « C’est pas sorcier ».

Laisser un commentaire